Daniel Levin Quartet – Organic Modernism (CF 212)
Apparemment, la musique s’appuierait sur les contrastes du genre “aérée/légère, profonde/réfléchie”. Or, elle les dépasse pour atteindre une dimension et une plénitude créatives auxquelles peu de prétendues musiques contemporaines accèdent. Loin de rechercher la modernité à tout prix à l’aide de ficelles grossières, de complications inutiles et de prétendues ruptures destinées à épater les gogos, hélas nombreux, elle ne rejette pas l’essence du jazz — donc le rythme et le swing — et sait faire fructifier un riche terreau. Lorsque le violoncelliste Daniel Levin fonde son quartette sans batterie, il y a une dizaine d’années (seul le contrebassiste a changé), il tire le meilleur parti de ses inspirations de jeunesse, en particulier les travaux d’Eric Dolphy avec Ron Carter (précisément au violoncelle), ou avec Bobby Hutcherson (vibraphone) et Freddie Hubbard (trompette). On pensera également au quintette de Chico Hamilton, qui utilisait aussi…

View original post 160 more words

Advertisements

~ by zonamusikindo on October 21, 2011.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

 
%d bloggers like this: